Actualités

Vous êtes ici: Accueil » Actualités

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

La facture annuelle de chauffage représente 900 € en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 € pour une maison “basse consommation” à plus
de 1 800 € pour une maison mal isolée). Cette facture peut donc peser lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages, particulièrement sur les plus modestes.
De plus, ces dépenses tendent à augmenter avec la hausse du prix des énergies.

Pour réduire durablement les dépenses énergétiques, le Grenelle Environnement a défini un programme de réduction des consommations énergétiques des
bâtiments. Une nouvelle réglementation thermique dite RT 2012 a été mise en place. Elle s’applique aux constructions neuves, aux extensions et aux surélévations
de bâtiments existants. Dans le futur, l’objectif sera de construire des bâtiments produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

A compter du 1er janvier 2013, avec la RT 2012 c’est « bâtiment basse consommation » pour tous !

Etancher pour mieux ventiler, est-ce contradictoire ?

L’association d’une bonne étanchéité et d’un système de ventilation performant permet de contrôler le renouvellement d’air et ainsi de limiter les déperditions
thermiques tout en assurant une bonne qualité de l’air intérieur.

En quoi consiste le test d’étanchéité à l’air ?

Ce test obligatoire est réalisé en occultant les entrées d’air et bouches d’extraction du système de ventilation et en mettant la maison en surpression ou dépression.
Il permet de quantifier les entrées ou sorties d’air parasites.

Comprendre les différents dispositifs

Chauffe-eau thermodynamique (CET)

Cet équipement indépendant permet de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS) en associant un volume de stockage (150 à 300 l) et une petite pompe à chaleur
électrique dédiée au chauffage de cette eau. Les installations les plus courantes sont des CET aérothermiques qui récupèrent les calories de l’air du logement
(ambiant ou extrait par la VMC) ou de l’air extérieur.

Il existe également des CET :
• géothermiques qui récupèrent l’énergie présente dans le sol par l’intermédiaire de capteurs enterrés,
• héliothermiques qui utilisent l’énergie solaire.
On peut aussi recourir à une pompe à chaleur (PAC) double service qui assure à la fois la production d’ECS et le chauffage.

Chauffe-eau solaire individuel (CESI)

Ce système permet de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS) à partir du soleil.
Il est constitué :
• de panneaux à travers lesquels un fluide est chauffé par le rayonnement solaire,
• d’un ballon de stockage de l’eau chaude sanitaire chauffé par ce fluide.
Ce dispositif permet d’assurer jusqu’à 70% des besoins d’ECS. Il nécessite donc un dispositif d’appoint assuré avec une autre énergie.

Chaudières à microcogénération

Ces appareils sont également appelés “chaudières électrogènes” ou “écogénérateurs”.
Leur particularité est de fournir à la fois, à partir de la même source d’énergie, de la chaleur et de l’électricité.
Ce système, en plus de pouvoir chauffer votre habitat et votre eau chaude sanitaire, vous permet de devenir producteur d’électricité pour une partie de vos besoins.
On parle de micro-cogénération pour des puissances électriques inférieures à 36 kVA.

Panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité

Ce système permet de produire de l’électricité à partir du rayonnement solaire.
L’installation comprend :
• les cellules photovoltaïques qui produisent du courant continu,
• l’onduleur qui transforme ce courant continu en courant alternatif,
• les équipements de sécurité,
• le compteur de production,
• le raccordement au réseau de votre fournisseur d’électricité si vous envisagez de la lui vendre.

Attention à bien dimensionner le(s) système(s) choisi(s).
Le surdimensionnement est néfaste à l’installation et à sa performance.