Choisir son terrain

Vous êtes ici: Accueil » Choisir son terrain

Trouver le bon terrain :

Un des premiers critères de choix est bien sûr le prix. Celui du terrain convoité doit d’une part rentrer dans votre budget et d’autre part, correspondre aux prix pratiqués sur le marché. Si c’est le cas, soumettez le terrain à quelques vérifications complémentaires.

L’emplacement :
Pour limiter vos déplacements, veillez à la proximité des transports en commun (arrêt de bus ou gare de train), mais aussi des écoles et des commerces.
Une vue imprenable ou la présence de verdure sont aussi des arguments forts, sans oublier l’environnement : quelle est la densité des constructions alentours ? Le voisinage est-il résidentiel ? A proximité d’un site industriel ?
N’oubliez pas d’enquêter aussi auprès des voisins, une source d’information inégalable

La configuration du terrain :
C’est elle qui va en grande partie déterminer les plans de votre maison. Attention aux dimensions du terrain : il peut être demandé une certaine distance vis-à-vis de la propriété voisine ou des voies publiques. Les terrains en pente nécessiteront d’importants travaux de terrassement. Attention à votre budget ! Sans oublier une gêne au quotidien, pour garer la voiture par exemple…

La superficie de votre terrain :

Si vous achetez un terrain diffus, le cadastre ou les limites conventionnelles (clôtures, chemins…) ne sont pas des preuves suffisantes. La délimitation de votre terrain, pour être incontestable, doit être réalisée par un géomètre-expert, le seul professionnel aujourd’hui qualifié.
Si vous achetez un terrain dans un lotissement, votre terrain a obligatoirement été borné.
Enfin, sachez que tout avant-contrat ou acte de vente d’un terrain que vous destinez à la construction doit indiquer si le descriptif du terrain a fait l’objet d’un bornage. Si ce n’est pas le cas, vous disposez d’un mois après la signature de l’acte de vente pour signaler tout désaccord.

La nature du terrain :
Sa nature vous imposera certaines précautions et méthodes de construction.
Est considéré comme « bon », un sol rocheux ou constitué de sable et de gravier. A l’inverse, méfiez-vous des sols argileux ou composés de remblai. Assurez-vous enfin de l’absence de nappes ou de galeries souterraines.
En fait, si le terrain n’est pas situé dans un lotissement, il est fortement recommandé de faire réaliser une étude du sol par un géotechnicien (sachez toutefois qu’un vendeur particulier n’est pas tenu d’accepter un sondage de son terrain avant l’achat). En fonction de ses conclusions (qualité mécanique du sol, capacité d’absorption du sol, tassement prévisionnel…), vous pourrez adapter vos plans et éviterez tout dépassement de budget.

L’orientation :
Etudiez l’orientation et l’exposition du terrain. Ce sont là des critères essentiels pour la construction puisqu’ils influeront notamment sur vos factures de chauffage.
Faites également attention à la direction des vents : ce sont eux qui emmènent la pluie, les odeurs ou encore le bruit !

La viabilité du terrain :

Si votre terrain est éloigné des autres habitations, il est important d’interroger la mairie à propos du raccordement à l’eau et au réseau d’assainissement. Pour l’électricité ou le téléphone, adressez-vous directement à EDF ou à France Telecom. Faites-vous estimer le coût des travaux. Leur seul montant pourrait suffire à vous faire renoncer à l’achat du terrain.